À travers ChatGPT, le grand public a découvert l’intelligence artificielle générative. Le robot ne répète plus, il génère. Cette popularité soudaine fait émerger des craintes : faut-il mettre l’IA sur pause ?
La révolution ChatGPT

Un bouleversement technologique qui redéfinit notre relation aux machines. L’intelligence artificielle a franchi un cap décisif avec l’émergence de ChatGPT 4, un modèle de langage révolutionnaire. Le robot conversationnel est sorti en novembre dernier et a rapidement fait un buzz mondial.

 

Avec plus de 100 millions de visiteurs en janvier, ChatGPT est l’outil qui a conquis le plus d’utilisateurs en si peu de temps. Par comparaison TikTok a mis neuf mois pour atteindre le cap symbolique des 100 millions d’utilisateurs et Instagram deux ans et demi.

 

Avec ChatGPT, l’intelligence a un nouvel étendard : un site qui peut produire toutes sortes de textes en une fraction de seconde au point de susciter bien plus d’appréhension que d’enthousiasme. Un phénomène qui nous propulse dans le futur et pose une question fondamentale : notre intelligence n’est pas ultime, elle peut être dépassée.

L’intelligence artificielle va-t-elle supplanter l’intelligence humaine ? Le débat est planétaire et il aura suffi de trois images devenues virales pour que l’ampleur du problème saute au visage de l’internaute moyen. Le pape François dans une improbable doudoune blanche, Emmanuel Macron en éboueur, Donald Trump arrêté par des policiers américains.

 

Ces trois clichés ont fait le tour du monde en quelques jours. Trois images réalistes mais totalement artificielles qui ont mis en lumière Midjourney, un logiciel de création de visuels en accès libre. Quelques semaines après, c’est l’arrivée tonitruante de ChatGPT, le robot capable de produire toutes sortes de contenus en quelques secondes, qui a marqué les esprits. Un phénomène technologique : plus de 175 milliards de paramètres ont été absorbés par le robot.

 

Le monde a alors découvert avec une certaine angoisse tout ce que l’intelligence artificielle permet de faire à travers des systèmes « génératifs » qui apprennent en permanence. Comment va-t-on reconnaître une photo réelle d’une image créée artificiellement ?

 

Lycéens et étudiants vont-ils massivement faire rédiger leurs devoirs par ChatGPT ? Les professions intellectuelles vont-elles disparaître ? Au-delà des considérations démocratiques, l’impact de l’IA dans la vie des consommateurs devient concret. Aux Etats-Unis, des radios entièrement robotisées vont commencer à émettre dans les semaines à venir.

 

Une exigence s’impose : mieux encadrer l’IA

 

Longtemps cantonnée à de la science-fiction, la question de la place des robots s’est imposée dans le débat public. Et certaines personnalités comme Elon Musk, le patron de SpaceX et Twitter, réclament une pause dans la recherche sur les intelligences artificielles. L’Union européenne s’apprête à mieux encadrer les IA. Le projet « AI Act » vise à interdire les systèmes utilisés pour manipuler le comportement, les opinions ou les décisions des citoyens. Une démarche nécessaire, voire urgente face à la vitesse de développement de ces technologies.  

 

Pourtant, l’avènement de l’IA paraît inéluctable et ces technologies vont infuser partout. Tous les outils, tous les métiers vont être touchés. Quand on parlait de remplacement par les technologies, on pensait jusqu’à présent à des métiers automatisables. Avec l’IA, cela touche l’intellect. On tend vers de lourdes conséquences dans les métiers de l’enseignement, du journalisme, du juridique, de la recherche. Les robots et l’intelligence artificielle sont déjà bien présents et pourraient l’être encore plus dans un proche avenir : le robot qui plie le linge, la chirurgie entièrement automatisée, la voiture sans chauffeur, la chanteuse virtuelle ou encore les avocats-robots. Tout cela pourrait rapidement devenir une réalité quotidienne.

La révolution ChatGPT

Un bouleversement technologique qui redéfinit notre relation aux machines. L’intelligence artificielle a franchi un cap décisif avec l’émergence de ChatGPT 4, un modèle de langage révolutionnaire. Le robot conversationnel est sorti en novembre dernier et a rapidement fait un buzz mondial.

 

Avec plus de 100 millions de visiteurs en janvier, ChatGPT est l’outil qui a conquis le plus d’utilisateurs en si peu de temps. Par comparaison TikTok a mis neuf mois pour atteindre le cap symbolique des 100 millions d’utilisateurs et Instagram deux ans et demi.

 

Avec ChatGPT, l’intelligence a un nouvel étendard : un site qui peut produire toutes sortes de textes en une fraction de seconde au point de susciter bien plus d’appréhension que d’enthousiasme. Un phénomène qui nous propulse dans le futur et pose une question fondamentale : notre intelligence n’est pas ultime, elle peut être dépassée.

« Longtemps cantonnée à de la science-fiction, la question de la place des robots s’est imposée dans le débat public. »
Cet article vous a plu ?