Les enchères pour les fréquences de cinquième génération de téléphonie mobile sont lancées. En jeu : une avancée technologique qui divise et un gage de compétitivité pour les entreprises.
Demain chez vous

La 5G promet une fantastique réduction du temps de latence. Actuellement, en 4G, le délai de réponse entre le mobile et l’antenne est de l’ordre de 10 à 20 millisecondes, l’équivalent d’un clin d’œil. Avec la 5G, il est réduit à une milliseconde, un temps inférieur à ce que peut percevoir l’œil humain. Cela permet aux objets de communiquer entre eux en toute sécurité. À titre d’exemple, une voiture autonome ne peut pas se permettre d’attendre 20 millisecondes pour réagir face à un obstacle imprévu. Il lui faut un temps de réaction supérieur à celui d’un humain. La densité, qui permet de connecter tous les objets sans restriction, ouvre aussi la voie à de nouvelles évolutions spectaculaires dans les années à venir. En rentrant chez vous, la porte de la maison s’ouvre automatiquement, la lumière s’allume quand vous entrez dans une pièce, les volets se ferment ou s’ouvrent selon la luminosité, une notification apparaît quand votre boîte aux lettres physique contient du courrier, la voiture est capable de sortir toute seule du garage et vous prendre devant la porte de la maison. Tout cela devient possible grâce à la densité du réseau.

La France se met à l’heure de la 5G. Un peu plus tard que ses voisins européens, elle a lancé fin septembre les enchères pour l’attribution des fréquences de cinquième génération de téléphonie mobile. L’opération intervient dans un climat de grand scepticisme sur l’apport de cette nouvelle technologie. Comme pour toute nouvelle avancée technologique, il y a les « pour » et les « contre ». Le débat dépasse largement la question technique et interroge notre rapport à l’innovation. Autant le dire clairement : la 5G signe une révolution des usages en France. Il s’agit d’installer dans tout le pays une infrastructure stratégique capable de faire fonctionner aussi bien les usines du futur que la voiture autonome, la consultation à distance des patients, les ports, les aéroports et la myriade d’objets connectés qui nous entourent chez nous ou dans nos déplacements. Les premiers à profiter des bienfaits de cette technologie nouvelle seront les acteurs industriels. Car la 5G, c’est plus de débit, plus de rapidité avec moins de consommation d’énergie. C’est une technologie indispensable pour l’avenir de l’industrie, des transports, de la logistique ou encore de l’agriculture. Un formidable bond en avant pour les machines commandées à distance qui nécessitent un temps de latence quasiment nul. La 5G sera le partenaire indispensable de l’intelligence artificielle, gage de compétitivité des entreprises françaises face à la concurrence des pays à bas coûts. L’objectif est de rendre les usines plus souples et leurs robots plus intelligents, de transformer l’industrie du transport, de faciliter le développement des véhicules connectés, de suivre les marchandises à la trace. Les entreprises allemandes ont pris de l’avance afin d’améliorer leur productivité.

Demain chez vous

La 5G promet une fantastique réduction du temps de latence. Actuellement, en 4G, le délai de réponse entre le mobile et l’antenne est de l’ordre de 10 à 20 millisecondes, l’équivalent d’un clin d’œil. Avec la 5G, il est réduit à une milliseconde, un temps inférieur à ce que peut percevoir l’œil humain. Cela permet aux objets de communiquer entre eux en toute sécurité. À titre d’exemple, une voiture autonome ne peut pas se permettre d’attendre 20 millisecondes pour réagir face à un obstacle imprévu. Il lui faut un temps de réaction supérieur à celui d’un humain. La densité, qui permet de connecter tous les objets sans restriction, ouvre aussi la voie à de nouvelles évolutions spectaculaires dans les années à venir. En rentrant chez vous, la porte de la maison s’ouvre automatiquement, la lumière s’allume quand vous entrez dans une pièce, les volets se ferment ou s’ouvrent selon la luminosité, une notification apparaît quand votre boîte aux lettres physique contient du courrier, la voiture est capable de sortir toute seule du garage et vous prendre devant la porte de la maison. Tout cela devient possible grâce à la densité du réseau.

« Nous devons rattraper notre retard sur nos rivaux économiques »
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie

« Nous devons rattraper notre retard sur nos rivaux économiques », prévient le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. De fait, l’usage de la 5G va se généraliser dans les usines tant elle est efficace. Si un robot se déplace de façon autonome, il doit pouvoir s’arrêter immédiatement s’il détecte un obstacle. Le wifi ou la 4G sont trop lents. La 5G va bouleverser la production en permettant la flexibilité et la maîtrise des coûts. Une même machine pourra réaliser des tâches totalement différentes grâce à une reprogrammation à distance quasi instantanée. C’est le véritable avènement des fameuses usines 4.0. Mercedes a déjà équipé une usine pour faciliter le flux du matériel entre les robots et les hommes. Et le suivi numérique des véhicules est en marche. De même, Telia, l’opérateur suédois a équipé des mines à ciel ouvert en 5G pour la conduite de camions à distance tandis que les chauffeurs restent à l’abri dans des postes de contrôle. Siemens a déployé un réseau 5G privé dans son centre de tests à Nuremberg pour faire la démonstration des possibilités d’automatisation à grande échelle. La 5G favorisera également la gestion à distance des appareils pour effectuer des réparations ou des opérations de maintenance. Il est trop coûteux de dépêcher un technicien pour changer un paramètre sur une chaîne de montage. Il est plus efficace de le faire à distance en téléchargeant une mise à jour. Il en va de la survie des centres de production européens. Dans une usine 4.0, le salaire des ouvriers n’est plus un centre de coût, ce qui permet d’envisager des stratégies de relocalisation. Une révolution technologique et industrielle est bel et bien en cours.   

Cet article vous a plu ?