La transition numérique et environnementale des entreprises ne fait que commencer. Les métiers d’avenir sont souvent portés par ces thématiques.
GRENKE mise sur un manager RSE

GRENKE confirme son positionnement sur la RSE avec la désignation d’un manager dédié. Victorien Papalia est en charge de développer et d’animer cette stratégie sur les nouveaux marchés des biens d’équipement durables.

 

« Dans un premier temps, nous allons lancer une offre packagée sur le marché du vélo électrique en faisant du financement locatif un levier de développement des mobilités douces dans les entreprises, énonce Victorien Papalia. C’est un segment qui monte en puissance et représente aujourd’hui près de 61 % de la valeur totale du marché. Et plus de 20 des ventes de vélo électriques concernent les professionnels. Nous allons également investir le marché de la gestion des déchets, un enjeu majeur pour nos clients. Les nouvelles réglementations sur le tri et la valorisation des déchets dans les entreprises impliquent de nouveaux matériels. Nous avons vocation à accompagner ces investissements par la location financière. Enfin, nous continuons à soutenir le développement des infrastructures de recharge électrique. »

 

Manager RSE, un métier à impact et prometteur qui démarque GRENKE de ses concurrents. 

Crise ukrainienne, difficultés d’approvisionnement en matières premières, envolée de l’inflation, remontée des taux d’intérêt, ralentissement de la croissance : tout devrait concourir à miner le moral des chefs d’entreprise et par voie de conséquence rétrécir le marché de l’emploi. Il n’en est rien et les besoins en profils qualifiés restent soutenus. Il est vrai que les entreprises doivent se préparer à une double transition : numérique d’abord avec notamment une influence grandissante des « data » dans le pilotage des activités. Écologique ensuite avec l’obligation de revoir toutes les organisations internes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre l’objectif de neutralité affiché par la France d’ici 2050. Ces bouleversements entraînent de nouvelles opportunités de carrière et l’émergence de nouveaux métiers. Certaines fonctions sont propres aux jeunes entreprises innovantes : business développeur, ingénieurs systèmes, data scientist, ingénieur cloud.

 

Transition écologique et RSE, moteurs du changement

 

Et d’autres concernent toutes les entreprises, y compris celle de la bonne « vieille économie ». C’est le cas pour des gestionnaires de paie, l’une des fonctions les plus recherchées parmi les cadres RH. D’autres profils intéressent aussi beaucoup les entreprises en lien avec le développement du digital comme les experts en cybersécurité, les chargés de reporting, les directeurs Supply Chain, les développeurs spécialisés en logiciel embarqué. Plus significatives encore, la transition écologique et la RSE - responsabilité sociale des entreprises - irriguent toutes les fonctions et suscitent de nouveaux métiers : manager green IT, BIM manager - le spécialiste des maquettes de chantier numérisées et du bâtiment modélisé - ou encore l’ingénieur en efficacité énergétique et le responsable logistique durable. Depuis deux ans, les entreprises ont pris à bras-le-corps le problème de la sobriété énergétique. En ligne de mire, un objectif de réduction de 10 % de la consommation à l’horizon 2024 et à terme sortir de la dépendance aux énergies fossiles. Pour mener à bien ces plans de sobriété, plusieurs métiers sont aux avant-postes dans les entreprises. À commencer par le responsable sobriété énergétique, un job multifacette entre bilan énergétique, plan d’action, solutions techniques et sensibilisation des collaborateurs.

 

Un poste clé : les acheteurs verts

 

Autre métier qui monte, celui d’éco-concepteur, chargé d’optimiser le cycle de vie d’un produit ou d’un service afin d’en diminuer l’impact carbone, de sa conception jusqu’à son recyclage. Il lui faut se pencher sur le sourcing des matières premières, le transport, la production, la distribution et bien sûr les problématiques de récupération et de valorisation. Un homme ou une femme orchestre au carrefour de la production, des achats et du marketing qui évalue l’impact énergétique lié aux achats et la transformation des matériaux, recommande les procédés de production et oriente les approvisionnements sur la base d’un sourcing durable. Un profil hautement technique avec une bonne dose de diplomatie. Poste clé dans les entreprises, le responsable des achats est lui aussi tourné vers des objectifs bas carbone. Un expert des achats à impact, économes en termes d’émission de gaz à effet de serre, et un rôle de conseil auprès des fournisseurs. Porteuse de sens, la sobriété énergétique est aussi riche en métiers à pourvoir. Et ce n’est qu’un début.    

 

85 %

« Preuve de l’accélération du changement et du potentiel de progression lié notamment à l’intelligence artificielle, 85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore selon une étude de Dell. »

GRENKE mise sur un manager RSE

GRENKE confirme son positionnement sur la RSE avec la désignation d’un manager dédié. Victorien Papalia est en charge de développer et d’animer cette stratégie sur les nouveaux marchés des biens d’équipement durables.

 

« Dans un premier temps, nous allons lancer une offre packagée sur le marché du vélo électrique en faisant du financement locatif un levier de développement des mobilités douces dans les entreprises, énonce Victorien Papalia. C’est un segment qui monte en puissance et représente aujourd’hui près de 61 % de la valeur totale du marché. Et plus de 20 des ventes de vélo électriques concernent les professionnels. Nous allons également investir le marché de la gestion des déchets, un enjeu majeur pour nos clients. Les nouvelles réglementations sur le tri et la valorisation des déchets dans les entreprises impliquent de nouveaux matériels. Nous avons vocation à accompagner ces investissements par la location financière. Enfin, nous continuons à soutenir le développement des infrastructures de recharge électrique. »

 

Manager RSE, un métier à impact et prometteur qui démarque GRENKE de ses concurrents. 

« Porteuse de sens, la sobriété énergétique est aussi riche en métiers à pourvoir. Et ce n’est qu’un début. »
Cet article vous a plu ?