Dans les espaces de travail des entreprises, les concepts et les pratiques évoluent à grande vitesse, souvent pour le meilleur. Petit aperçu des changements en cours et à venir.
Des solutions de financement personnalisées

Bureaux, hôtels, commerces : pour tous ces secteurs, le mobilier est un facteur d’attractivité. « Ces entreprises, familiarisées avec les principes de la location financière, nous contactent avec des demandes précises de financement, commente Magali Le Clézio, attachée commerciale à l’agence Grenke d’Aix-en-Provence. Notre rôle est de leur proposer la meilleure offre en relation avec nos partenaires distributeurs en jouant sur trois atouts : simplicité, efficacité, rapidité. Ce sont généralement des contrats classiques sans maintenance ni services annexes. C’est la rapidité de nos process qui fait la différence. Nous travaillons aussi de plus en plus avec des distributeurs qui ont intégré une offre complète : bureau, informatique, papèterie. Pratique et assurément avantageux pour formuler des solutions de financement personnalisées. »  

« En l’espace d’un an, nous avons gagné dix ans dans les processus de digitalisation », déclarait il y a peu un spécialiste des technologies numériques, preuve d’un mouvement qui s’accélère. Est-ce le début d’une nouvelle époque ? Desk is dead pour reprendre une célèbre formule ? Les bureaux ne vont-ils pas disparaître ? Le télétravail va-t-il devenir la norme ? Et quelles conséquences sur le management, la productivité et le bien-être des salariés ? L’immobilier d’entreprise est un des meilleurs baromètres des changements en cours. Rassurons-nous : les sociétés vont continuer à proposer des bureaux à leurs salariés mais ils vont se convertir en hubs collaboratifs, en points de rendez-vous pour les équipes et les clients. La physionomie des bureaux va donc devoir évoluer : moins de bureaux traditionnels, moins de regroupements dans de grands centres d’affaires, plus d’espaces modulables ou réversibles qui s’adaptent aux besoins des collaborateurs au fil de la journée de travail. D’aucuns parient sur la poursuite de l’essor du coworking qui permet aux entreprises de prendre et de rendre facilement des espaces de travail sans la contrainte d’un bail commercial. Des hôtels vont même jusqu’à louer des chambres aux télétravailleurs transformées en espaces de travail. Une corde de plus à l’arc des entreprises sur le marché immobilier. Mais restons réalistes. Telle une colonne vertébrale, le bureau restera toujours indispensable pour l’entreprise et les collaborateurs. Il renforce ce sentiment d’appartenance et les échanges humains qui nourrissent le leadership.

 

Dans le monde de l’ultra-connectivité

A quoi pourrait ressembler le bureau du futur ? Plus besoin de clé ou de badge : la reconnaissance faciale permet d’accéder facilement à tous les espaces autorisés et à tous les services. On travaille encore en espace ouvert mais il y a des alcôves insonorisées pour s’isoler et du mobilier qui s’adapte automatiquement à nos besoins, permettant de travailler assis, debout, seul ou à plusieurs. Les chaises robotisées se rangent toutes seules une fois la réunion terminée. Le maître-mot, c’est l’ultra-connectivité avec des tableaux blancs connectés - bien plus sophistiqués que les vieux paperboards – sur lesquels on peut écrire, consulter des documents en ligne ou organiser une visioconférence. Pour projeter les documents, plus besoin d’écrans dédiés. On peut afficher son powerpoint ou sa maquette 3D directement sur la table ou sur le mur. Des bureaux toujours plus techno, où les objets connectés et les solutions intelligentes - réservation de salle à distance, analyse de la qualité de l’air ambiant... – prennent toute leur place. Le bureau du futur est avant tout collaboratif et à haute flexibilité. Le flex office, ces espaces de travail où plus personne ne dispose de bureau attitré, est en vogue au sein des grands groupes qui tentent d’économiser des mètres carrés - l’immobilier est souvent leur deuxième poste de dépenses - alors que désormais le taux d’occupation des bureaux ne dépasse pas 30 %.

 

De nouveaux métiers émergent

On réinvente le travail et ses espaces pour les rendre plus attractifs et utiles, pour permettre des dynamiques collaboratives. À coup sûr, les avancées technologiques vont refaçonner nos pratiques. La transition digitale, déjà bien engagée et soutenue par le déploiement de la 5G, nous promet de nouvelles percées. De la gestion électronique de documents à la mise en place de nombreux modules additionnels comme la signature électronique et le coffre-fort numérique, le tout-digital est en marche. Dans ce contexte de mutation profonde, de nouveaux métiers émergent : les consultants en transformation digitale, les spécialistes des données et de l’intelligence artificielle, les experts en visioconférence, les développeurs du commerce en ligne, les energy managers. En France, plus de 32 % des métiers vont être profondément modifiés d’ici quinze ans. Pour les dirigeants comme pour les collaborateurs, le plus grand défi réside dans la volonté d’intégrer un changement décisif dans l’organisation de l’entreprise. Et la gestion des risques psychosociaux reste une priorité dans l’agenda des DRH.   

Des solutions de financement personnalisées

Bureaux, hôtels, commerces : pour tous ces secteurs, le mobilier est un facteur d’attractivité. « Ces entreprises, familiarisées avec les principes de la location financière, nous contactent avec des demandes précises de financement, commente Magali Le Clézio, attachée commerciale à l’agence Grenke d’Aix-en-Provence. Notre rôle est de leur proposer la meilleure offre en relation avec nos partenaires distributeurs en jouant sur trois atouts : simplicité, efficacité, rapidité. Ce sont généralement des contrats classiques sans maintenance ni services annexes. C’est la rapidité de nos process qui fait la différence. Nous travaillons aussi de plus en plus avec des distributeurs qui ont intégré une offre complète : bureau, informatique, papèterie. Pratique et assurément avantageux pour formuler des solutions de financement personnalisées. »  

50 % des surfaces de bureaux traditionnels vont disparaître d’ici 2025 au profit d’espaces collaboratifs.
Étude Fujitsu
Cet article vous a plu ?