Le modèle de la « start-up nation » a pris son envol. L’écosystème français est l’un des plus attractifs au monde et a donné naissance à des pépites qui dessinent l’économie de demain.

Elles fabriquent, inventent et exportent le « made in France ». Les plus connues sont ce que l’on appelle les « licornes françaises » - ces entreprises valorisées à plus d’un milliard de dollars : BlaBlaCar, Vente Privée et Criteo. Elles incarnent la vitalité de l’écosystème français. Dans leur sillage, des jeunes pousses et autres PME « chevronnées » font bouger les lignes animées par une envie d’entreprendre sans limite. D’où vient ce bouillonnement ? En 2014, l’initiative French Tech impulsait une dynamique collective avec l’objectif de placer la France parmi les grandes « start-up nations » et de faire de notre pays un vaste accélérateur de start-up.

« Tout faire pour que les prochains Google naissent et se développent en France. »

Une formule résumait à l’époque cette ambition : tout faire pour que les prochains Google naissent et se développent en France. Jeunes pousses du numérique mais aussi des biotech, cleantech et autres medtech : la France a créé une véritable dynamique entrepreneuriale avec comme levier Bpifrance, la banque publique d’investissement. Sous son aile, plus de 10 000 start-up françaises ont pris leur envol. Bpifrance Inno Génération - BIG 2020 - l’a encore démontré le 1er octobre dernier. Un rassemblement business organisé à l’Accor Arena Paris transformé en un immense espace de networking mais aussi - crise sanitaire oblige - pas moins de 18 millions de visiteurs virtuels. Toutes les grandes thématiques de l’innovation étaient représentées comme la French Tech, la filière des GreenTech ou encore la French Fab. Derrière ces grandes tendances, il y a la volonté de travailler ensemble dans toutes ces filières d’avenir.

Cet article vous a plu ?