Le marketing digital est devenu une vraie façon de se démarquer pour les entreprises face aux nouveaux comportements des consommateurs. Les médias sociaux sont au cœur de cette stratégie d’influence.
Chiffre

96 % des responsables marketing disent se sentir l’aise sur YouTube, loin devant les plateformes concurrentes que sont Instagram, TikTok ou Snapchat.

C’est l’application la plus téléchargée et le réseau social le plus tendance du moment. Avec plus de 100 millions d’utilisateurs en Europe et 11 millions en France, TitTok continue sa progression. Un phénomène qui n’échappe pas aux entreprises qui utilisent de plus en plus les réseaux sociaux pour diffuser des messages et accroître leur notoriété. « On ne fait pas de campagne de marque sur TikTok mais on fait une campagne TikTok pour une marque. » Voilà ce qui pourrait devenir le nouvel adage des professionnels du marketing. « La plateforme donne un coup de jeune sur le digital, confirme Bella Manasaryan, spécialiste marketing digital chez Grenke. Pour le moment, nos actions restent limitées sur TikTok, mais on sait que cela va monter en puissance et que le réseau se positionne sur le B to B. Notre stratégie est d’exploiter la force des réseaux sociaux pour mener des opérations de targeting ou de ciblage publicitaire. Sur TikTok, les vidéos sont très impactantes et permettent de différencier une marque. Nous y réfléchissons. »

 

Un ambassadeur de la marque

Exit Facebook, Instagram et YouTube ? « Notre volonté est d’alterner les canaux pour mieux cerner nos prospects et leur apporter l’information la plus pertinente. Le bon message au bon moment sur le bon réseau : c’est la recette du succès en matière de marketing d’influence. » De fait, chez Grenke, comme pour la majorité des entreprises, la relation client a beaucoup changé au cours des dernières années. Plutôt que de matraquer le client, les entreprises affinent et enrichissent les contenus poussés vers lui. Mieux vaut lui apporter des conseils et des informations pour le fidéliser et en faire un ambassadeur de la marque. C’est tout l’intérêt du marketing nouvelle génération, le « inbound ». Pas question pour autant d’arrêter de communiquer auprès des consommateurs là où ils se trouvent – affichage, pubs radio, TV. Le marketing « outbound » conserve sa raison d’être. Les professionnels ont besoin des deux. Il faut néanmoins dissocier leur utilisation dans le B to B et le B to C. Le marketing « inbound » s’est d’abord développé dans la sphère business to business, où les cibles sont mieux délimitées et où il est primordial de déterminer le bon contact décideur au bon moment.

 

Fini les e-mails et les SMS de masse

Depuis quatre ou cinq, cette approche concerne aussi le B to C, car la pression concurrentielle est très forte avec beaucoup de « bruit » sur les mêmes canaux. Il s’agit donc de sortir du lot en privilégiant le qualitatif dans le relationnel et dans les contenus, de comprendre comment interagir et parvenir à construire une expérience client remarquable, ce qui suppose une synergie efficace entre marketing et commercial. Fini les e-mails et les SMS de masse sauf pour de rares opérations promotionnelles. Aujourd’hui, l’heure est à la personnalisation dès les premiers e-mails et ensuite le commercial ajuste. Les résultats sont étonnants. Le taux d’ouverture des e-mails peut grimper jusqu’à 96 % et le taux de conversion total s’accroître de plus de 80 %.

Chiffre

96 % des responsables marketing disent se sentir l’aise sur YouTube, loin devant les plateformes concurrentes que sont Instagram, TikTok ou Snapchat.

« Notre volonté est d’alterner les canaux pour mieux cerner nos prospects et leur apporter l’information la plus pertinente. Le bon message au bon moment sur le bon réseau : c’est la recette du succès »
Bilel Belkahla, spécialiste marketing chez GRENKE
Cet article vous a plu ?